News

Crédits photo : Homam Daoud
Back to news

COMPTE RENDU D’ÉVÉNEMENT – Projection de « Little Palestine – Journal d'un siège »

18 March 2022

Le mercredi 16 mars, le Fonds européen pour la démocratie, en collaboration avec Action Syrie, a organisé une projection du documentaire « Little Palestine – Journal d’un siège », d’Abdallah Al-Khatib.

Crédits photo : Homam Daoud

Le mercredi 16 mars, le Fonds européen pour la démocratie, en collaboration avec Action Syrie, a organisé une projection du documentaire « Little Palestine – Journal d’un siège », du réalisateur Abdallah Al-Khatib, au Cinéma Galeries à Bruxelles. Il s’agissait de notre premier événement en présence depuis deux ans.

« Little Palestine » raconte l’histoire du camp de Yarmouk, à Damas, le plus grand camp de réfugiés palestiniens au monde, et de son siège par les forces du régime de Bachar al-Assad, entre 2013 et 2015, en plein conflit syrien.

Abdallah Al-Khatib est né dans ce camp. Avec ses amis, il a documenté la vie quotidienne des habitants assiégés de Yarmouk, à l’aide d’une caméra héritée d’un ami tué à un poste de contrôle.

La projection a été suivie d’une discussion avec Abdallah Al-Khatib, Ali Atassi, directeur d’un ancien partenaire du FEDEM, Bidayyat, qui a produit le documentaire, et Benjamin Peltier, coordinateur d’Amnesty International Belgique pour la Syrie.

LittlePalestine3

Au cours du débat, M. Al-Khatib est revenu sur le cheminement qui l’a amené à réaliser ce film : « Lorsque j’ai décidé de filmer la vie dans le camp, je ne savais pas que j’en ferais un documentaire. Je ne savais même pas si je survivrais. »

Ce n’est qu'une fois parti de Syrie pour s'installer en Allemagne que l’idée d'un film a commencé à germer dans son esprit. M. Al-Khatib a rencontré Ali Atassi lors d'un cours de réalisation cinématographique en ligne, et c’est M. Atassi qui l’a encouragé à réaliser ce documentaire.

« Ce film est très important pour moi », explique M. Atassi. « La guerre nous a pris tellement de choses. Mais nous n’avons pas perdu nos histoires. Et Abdallah les fait vivre à travers ce documentaire. »

M. Al-Khatib a expliqué qu'il ne voulait pas se contenter de montrer l’horreur de la guerre dans son film : « Je voulais montrer la solidarité, je voulais montrer que les gens veulent continuer à vivre, malgré les circonstances désastreuses. Ils veulent rire, ils veulent faire de la musique. Ils le veulent, mais surtout, ils ont en besoin ».

LittlePalestine4

Stay in touch

Sign up for all the latest news, stories and events straight to your inbox.